bâiller

bâiller

bailler [ baje ] v. tr. <conjug. : 1>
• fin XIe; lat. bajulare « porter »
Vx Donner.
(1594) Mod. Loc. Vous me la baillez belle, vous me la baillez bonne : vous cherchez à m'en faire accroire (expr. du jeu de paume).
⊗ HOM. Bayer; poss. bâiller.

bailler verbe transitif (latin bajulare, donner) Littéraire Donner. ● bailler (difficultés) verbe transitif (latin bajulare, donner) Littéraire Orthographe et sens Ne pas confondre ces trois verbes homonymes. 1. La bailler belle (ou bonne) à qqn = lui en faire accroire. Bailler (sans accent) ne s'emploie que dans cette expression littéraire et vieillie. 2. Bayer aux corneilles = regarder niaisement en l'air, bouche bée ; rêvasser. Bayer (avec y et sans accent) ne s'emploie que dans cette expression courante. 3. Bâiller = faire une longue inspiration involontaire. Bâiller (avec accent circonflexe sur le a, → bâillement) est le seul de ces trois verbes qui peut être employé en dehors d'une expression figée. ● bailler (expressions) verbe transitif (latin bajulare, donner) Littéraire La bailler bonne, belle à quelqu'un, lui faire croire quelque chose d'incroyable. ● bailler (homonymes) verbe transitif (latin bajulare, donner) Littéraire bâiller verbe bayer verbe

v. tr. Vx ou litt. (Cour. en Acadie) Donner. Il lui a baillé cinq piastres pour son accordéon.

⇒BAILLER, verbe trans.
A.— Arch. et région. Donner, remettre, livrer, présenter :
1. LE PÈRE ALEXANDRE, piqué au vif. — Le notaire? Pour quoi donc faire? Son œil aigu fouille le visage de la servante qui recule un peu.
LA TORINE. — ... Des fois, il vous baillerait peut-être un bon conseil...
LE PÈRE ALEXANDRE. — Je me conseille bien tout seul, à cette heure!
R. MARTIN DU GARD, Le Testament du Père Leleu, 1920, I, p. 1140.
2. RUFFIN. — Il était tout à l'heure près d'ici et voulait me donner un rubis.
SÉVERIN. — Dis-tu Frontin, serviteur de Fortuné?
RUFFIN. — Oui, celui-là même.
SÉVERIN. — Et quel rubis voulait-il te bailler?
RUFFIN. — Un gros rubis en cabochon, un peu écorné d'un côté, mais enchâssé à la vieille mode. Il dit que c'est une antiquité de votre maison.
CAMUS, Les Esprits, adapté de P. de Larivey, 1953, II, 5, p. 491.
Rem. Empl. comme synon. de donner (bailler un coup de main, BALZAC, Les Paysans, 1844, p. 129; bailler Dieu sans confession, BALZAC, Sur Catherine de Médicis, Le Martyr calviniste, 1841, p. 85) parfois même avec le sens de « faire don » (cf. ex. 2).
Bailler des fonds. Cf. bailleur de fonds :
3. — Anselme, j'ai jeté les yeux sur toi pour fonder une maison de commerce de haute droguerie, rue des Lombards, dit Birotteau. Je serai ton associé secret, je te baillerai les premiers fonds.
BALZAC, César Birotteau, 1837, p. 92.
4. Mais il n'est pas impossible que ce capital, réalisé sous forme de l'outillage et du fonds de roulement d'une filature ou d'une usine de construction mécanique, soit fourni aux coopérateurs par une société de capitalistes qui le leur baillerait en location, à charge pour eux d'assurer la fabrication et même l'achat et la vente.
J. WILBOIS, Comment fonctionne une entr., 1941, p. 61.
Pop. et fam.
Bailler (à qqn) le lièvre par l'oreille. Duper (qqn) au moyen de vaines promesses :
5. Robespierre, Barras et le grand Napoléon, depuis plus de vingt ans, m'avaient appris à me taire, Bonaparte surtout; ce héros ne trompait pas. Il ne nous baillait pas le lièvre par l'oreille : jamais ne nous leurra de la liberté de la presse ni d'aucune liberté.
COURIER, Pamphlets pol., Réponses aux anonymes, 1822, p. 150.
En bailler à garder. ,,Duper, tromper adroitement`` (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.).
P. ell. Vous m'en baillez d'une belle, vous me la baillez belle, vous me la baillez bonne. ,,Vous voulez m'en faire accroire`` (Ac. 1835-1932).
Arg. Bailler une cotte rouge à une fille. ,,Lui prendre sa virginité`` (FRANCE 1907).
B.— DR., vx. Donner à bail. Bailler à ferme; bailler par contrat, par testament; bailler et délaisser (Ac. 1798-1932).
Rem. Concurrencé, sauf en matière de fourniture de capitaux (cf. ex. 3, 4), par donner à bail ou faire bail.
C.— PÊCHE. ,,C'est l'action de jeter avec une petite sébile, à tour de bras, de la rogue de maquereaux, etc., détrempée dans de l'eau de mer, sur des filets traînés par des bateaux (...) pour prendre de la sardine`` (WILL. 1831).
Rem. Attesté également ds Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ, GUÉRIN 1892, Nouv. Lar. ill., DG.
PRONONC. — 1. Forme phon. :[baje]. 2. Homon. : baillée, bail (p. rapp. aux formes conjuguées à rad. nu), de même baille.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1130-60 baillier « porter » (Couronnement Louis, 88, ds GDF. : Esbahi fu de ce qu'il entendié, N'osa aler la courone baillier) — XIIIe s., Enf. Ogier, ibid.; 1130-60 « recevoir, accepter » (Couronnement Louis, 1350, ibid. : Une fille ai, n'a si gente soz ciel, Ge la vos doing de gré et volentiers, Se la volez ne prendre ne baillier) d'où 1130-60 « saisir » (Ibid., éd. E. Langlois, 410 ds T.-L. : L'en li ameine le balcent en la place; Li cuens i monte que il estrier n'i baille); en a. fr. seulement; 2. 1144 « gouverner » (Charroi Nîmes, éd. Jonckbloet, 395, ibid. : De tot l'empire que ge ai a baillier) — XIIIe s., ibid.; 3. a) 1130-60 bailler « donner » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 252, ibid. : D'or et d'argent trente somiers li baille); 1534 « id. (des coups) » (RABELAIS, Garg., éd. Marty-Laveaux, t. 1, ch. 35 : Il luy bailla de son fouet à travers les iambes si rudement que les noudz y apparoissoient); RICH. 1680 signale qu'il n'est pas du bel usage, hormis comme terme de pratique; déclaré ,,vieilli`` par VAUGELAS, Remarques sur la langue fr., éd. Chassang II, 35 et empl. au XVIIe s. par les burlesques (BRUNOT t. 3, p. 106 et t. 4, p. 244); loc. fam. : 1545 en bailler « jouer un tour à qqn » (LE MAÇON, trad. de BOCCACE, Décaméron, VIII, 9 ds HUG.); 1594 la bailler belle à qqn « se jouer de qqn » (GODARD, Les Desguisez, acte V, sc. 2 ds Anc. Théâtre françois, Paris, 1856, t. VII, p. 435); b) 1373 dr. « donner à bail » (Etat des biens de la commanderie de Beauvoir en Ponthieu, Arch. S 5543 ds GDF.); 1404 bailler a rente (A.N. P 308, f° 94 r° ds GDF. Compl.); Ac. 1835 signale qu'il vieillit comme terme de pratique.
Du lat. bajulare « porter » dep. PLAUTE (Asin., 660 ds TLL s.v., 1685, 77); en lat. médiév. « exercer, se charger de (une fonction) » VIIe-VIIIe s. (Formulae Marculfi, 1, 1, p. 39, 20 ds Mittellat. W. s.v., 1315, 26) d'où bailler « gouverner »; en a. fr. aussi baillir « id. » (XIe s. Alexis ds GDF.) dér. de bail; le sens de « donner », qui ne semble pas se rencontrer en lat., s'est seulement développé dans l'aire gallo-romane (a. prov. bailar ca 1185 Dénombrement des possessions en Périgord de la famille Clarol ds BRUNEL 1926, p. 214) à partir du sens primitif de « porter »; en raison de la vitalité de donner et de ses nombreux dérivés, il a été à partir du XVIIe s. concurrencé, puis évincé par ce mot.
STAT. — Fréq. abs. littér. :86.
BBG. — GUIRAUD (P.). Le Jargon de la Coquille. Cah. Lexicol. 1967, t. 11, n° 2, p. 47.

bailler [baje] v. tr.
ÉTYM. V. 1150; du lat. bajulare « porter », de bajula. → Baille.
1 (Dès le XVIIe). Vx ou par archaïsme. Donner.Spécialt (avec un compl. prép.). Donner des coups.
1 Je te baillerai sur le nez, si tu ris davantage.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, III, 2.
2 Une de ses habiletés (du démon) consiste à nous bailler pour triomphantes nos défaites.
Gide, les Faux-monnayeurs, I, 16.
REM. Bailler est encore d'usage dans certaines régions, surtout en milieu rural.
Littéraire, rare :
2.1 (…) elles lui baillent la beauté, elles lui baillent la durée, elles lui baillent le refus de cette beauté et de cette durée.
P. Éluard, l'Immaculée conception, Pl., t. I, p. 312.
2 Dr., vx. Mettre à la disposition de qqn. || Bailler par contrat. Bail (donner à), bailleur. || Bailler des fonds.
3 Loc. mod. (1594). Vous me la baillez belle, vous me la baillez bonne : vous cherchez à m'en faire accroire (expression du jeu de paume).
3 Vous (…) me la baillez bonne (…)
Molière, l'Étourdi, III, 4.
4 — Monsieur… vraiment… je ne comprends pas…
— Vous ne comprenez pas ! Vous me la baillez bien bonne. Vous ne comprenez pas ! Mais vous devriez comprendre, mon ami.
R. Queneau, le Vol d'Icare, p. 70.
CONTR. Recevoir.
DÉR. Bail, bailleur.
HOM. Bayer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bailler — Bailler, Attribuere, Conferre, Erogare, Praebere, Propinare, Tradere, Transcribere, Tribuere. Semble qu il vienne de {{t=g}}ballô,{{/t}} id est mitto, Car celuy qui baille, emittit a se. Bailler et delivrer, Praestare, dare. Bailler à louage, ou… …   Thresor de la langue françoyse

  • bailler — [ baje ] v. tr. <conjug. : 1> • fin XIe; lat. bajulare « porter » ♦ Vx Donner. ♢ (1594) Mod. Loc. Vous me la baillez belle, vous me la baillez bonne : vous cherchez à m en faire accroire (expr. du jeu de paume). ⊗ HOM. Bayer; poss. bâiller …   Encyclopédie Universelle

  • bailler — BAILLER. Mettre en main quelque chose, la delivrer à quelqu un. Il semble que l on confond ordinairement Bailler & Donner; mais Bailler vieillit, & l on se sert plus souvent de Donner dans toutes les phrases mesme où l on mettoit Bailler. En… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bâiller — BÂILLER. v. n. Respirer en ouvrant la bouche extraordinairement et involontairement. Bâiller d ennui. Bâiller de sommeil. [b]f♛/b] Il signifie figurément, S entr ouvrir, être mal joint. Les ais de cette cloison bâillent. Une porte qui bâille. Une …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bailler — (ba llé, ll mouillées, et non ba yé ; il faut bien prendre garde à ne pas assimiler ce mot à bâiller qui a un a long) v. a. 1°   Donner. Bailler des coups. •   Un échange Où se prend et se baille un ange pour un ange, MALH. VI, 6. •   Telle je me …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bâiller — (bâ llé, ll mouillées, et non bâ yé ; il faut avoir bien soin de donner à l a le son marqué par l accent circonflexe) v. n. 1°   Faire un bâillement. Nous bâillons en voyant bâiller les autres. •   Quelque léger dégoût vient il le travailler, Une …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BÂILLER — v. n. Faire involontairement, et en écartant les mâchoires, une inspiration lente et profonde, suivie d une expiration plus ou moins prolongée, quelquefois sonore. On bâille souvent en voyant bâiller les autres. Bâiller d ennui. Bâiller de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BAILLER — v. a. T. de Pratique. Donner, mettre en main, livrer. Bailler à ferme. Bailler par contrat, par testament. Bailler et délaisser. Il vieillit. Fam. et par ellipse, Vous m en baillez d une belle, vous me la baillez belle, Vous voulez m en faire… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BAILLER — v. tr. T. de Pratique Mettre en main, livrer. Bailler à ferme. Bailler par contrat, par testament. Bailler et délaisser. Il a vieilli. Fam. et par ellipse, Vous m’en baillez d’une belle, vous me la baillez belle, vous me la baillez bonne, Vous… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • BÂILLER — v. intr. Faire involontairement, et en écartant les mâchoires, une inspiration lente et profonde, suivie d’une expiration plus ou moins prolongée, quelquefois sonore. On bâille souvent en voyant bâiller les autres. Bâiller d’ennui. Bâiller de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”